Criminalité liée à la drogue

Quelques données sur la toxicomanie et la criminalité (1)

Plusieurs sources montrent que la majorité des toxicomanes sous traitement ont eu affaire à la justice pénale. Parmi les personnes accusées de crimes et les détenus reconnus coupables, des études en Grèce (Université Aristote de Thessalonique, 2000) et en Angleterre et au Pays de Galles (Bennett, 2000), indiquent que les toxicomanes sont plus nombreux que les non-toxicomanes à avoir commis plusieurs types de délits. Les délits de propriété sont généralement identifiés comme étant le principal type d’infraction commise par les toxicomanes (Université Aristote de Thessalonique, 2000; Bennet, 2000; Meijer et al., 2002)

Concernant la relation entre la toxicomanie et la criminalité, une étude portant sur la population carcérale irlandaise (Hannon et al., 2000) a révélé que 51 % des hommes et 69 % des femmes déclaraient être sous l’influence de la drogue lorsqu’ils ont commis le délit pour lequel ils étaient incarcérés. Selon les estimations d’une autre étude (Millar et al., 1998) sur les jeunes soupçonnés d’infraction en Irlande, 42 % des cas étaient liés à la consommation d’alcool, 17 % à la toxicomanie et 4 % aux deux, l’alcool étant lié plus fréquemment aux infractions touchant à l’ordre public, tandis que la drogue était le plus souvent associée à des vols.

Si intéressants soient-ils, ces résultats devraient être considérés comme un exemple plutôt que des éléments représentatifs de la relation entre la toxicomanie et la criminalité: premièrement parce qu’ils proviennent d’études menées sur des populations spécifiques; deuxièmement parce qu’ils peuvent varier considérablement selon la drogue consommée; et enfin parce qu’il est particulièrement difficile d’établir une relation – en particulier une relation causale – entre la toxicomanie et la criminalité.

(1) Les résultats indiqués dans l’encadré ont été fournis par la Grèce, l’Irlande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni dans leurs rapports nationaux 2002 à l’OEDT.

La criminalité liée à la drogue peut être considérée comme les infractions à la législation sur la drogue, les délits commis sous l’influence de drogues illicites, les délits commis par des usagers pour maintenir leurs habitudes de consommation (principalement les vols liés à la toxicomanie et la vente de drogues) et les crimes systémiques découlant du fonctionnement des marchés illicites (combats pour protéger les territoires, , corruption des autorités, etc.). Hormis les infractions liées à la drogue, les données régulièrement disponibles ne fournissent pas d’informations sur ces catégories et lorsqu’elles sont disponibles, elles proviennent d’études locales ad hoc difficiles à interpréter.