Interventions psychosociales et sanitaires en milieu carcéral

Dans les prisons, les services à destination des détenus toxicomanes sont en augmentation. La plupart des pays dans lesquels un traitement de la dépendance est généralement disponible dans les prisons proposent également des mesures de réduction des risques (tableau 4). Cependant, d’après une analyse des programmes en milieu carcéral dans le cadre de l’EDDRA (Exchange on European Drug Demand Reduction Action, Échanges sur les actions de réduction de la demande de drogues), l’objectif dominant de ces interventions n’est pas lié à la santé mais à la réduction de la criminalité liée à la toxicomanie (79).



En règle générale, dans n’importe quel pays déterminé, des services particuliers existent soit dans presque toutes les prisons, soit dans presque aucune. Cela se vérifie particulièrement pour les mesures de réduction des risques, comme le montre le tableau 4. Le dépistage sanguin et les programmes de vaccination sont disponibles et les désinfectants ainsi que les préservatifs fournis dans presque tous les établissements pénitentiaires dans environ deux tiers des pays, mais ils sont presque complètement absents dans environ un tiers des États membres. Ce fait reflète le rôle essentiel des politiques nationales dans la détermination de la disponibilité des services en milieu carcéral. Cependant, les projets pilotes au niveau des prisons individuelles sont généralement testés avant le lancement d’une politique au niveau national.

La désintoxication est la mesure la plus universellement proposée. Elle est disponible dans presque toutes les prisons de neuf pays et à une moins grande échelle dans seulement trois pays, la Grèce (données 2001), l’Italie et la Norvège. L’échange de seringues est l’intervention la moins fréquente parmi celles qui font l’objet de l’enquête: les programmes d’échange de seringues sont disponibles uniquement en Espagne (11 prisons sur 68) et en Allemagne (4 prisons sur 222). L’accessibilité des traitements de substitution suit le modèle de la disponibilité dans les lieux communautaires (sauf aux Pays-Bas) et est disponible dans presque toutes les prisons dans six États membres. D’autres pays les proposent dans très peu d’établissements pénitentiaires (tableau 13 EL).




(79)  OEDT, «Criminal justice based drug demand and harm reduction interventions in the EU – an analysis of police station, court and prison-based programmes» (Interventions dans l’UE en matière de demande de drogue et de réduction des risques basées sur la justice pénale).